Pour seul refuge - ibbi

Cercles de Lecture
            ibbi.fr
2005-2021    16 ans de partages
Aller au contenu
Spécial
Pour seul refuge - Vincent Ortis

La plus terrible des prisons est celle qui n'a pas de murs.
De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde.
Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux  mille mètres d'altitude, deux hommes se font face : un jeune Indien  accusé de viol avec tortures et le juge qui l'a condamné.
Chacun possède la moitié des informations qui pourraient les sauver, or : Ensemble, ils s'entretueront. Séparés, ils mourront.

Un premier thriller sélectionné parmi 150 manuscrits. 12 jurés qui représentent chacun un maillon essentiel de toute investigation judiciaire.
Un prix littéraire pour le genre le plus populaire de France (réf. babelio.com)


Après des études de droit au tout début des années quatre-vingt,  Vincent Ortis crée des jeux dans le monde naissant de la  micro-informatique avant de passer aux bases de données. Cadre à la  sécurité sociale, puis formateur, il écrit en parallèle des chansons,  des pièces de théâtre et participe à l'élaboration de plusieurs  scénarios.
Source : https://www.lisez.com/auteur/vincent-ortis/146404
2
critiques
Francine
10 Avr 2021
27/02/2021
Grand prix des enquêteurs ! Voilà qui doit être intéressant... finalement pas vraiment, l’intrigue un peu alambiquée et pas trop vraisemblable nous entraîne dans un paysage à la fois majestueux et très dangereux pour les protagonistes tous froids, calculateurs voire fous. La nature est très bien rendue, les caractères également, mais quelques chose m’a empêché d’adhérer à l’histoire.
Nathalie
06 Avr 2021
13/12/2020
Un excellent polar, Vincent Ortis rivalise avec les meilleurs auteurs américains, il nous tient en haleine dans une nature belle mais hostile. Le bien, le mal, la justice, comment devient on un meurtrier, l'intrigue prend un tour psychologique et nous fait réfléchir... "Il y a trois entités dans un procès : la victime, l'accusé et la douleur des proches. La victime a existé, l'accusé existe, la douleur existera..."
Retourner au contenu