Trois filles d'Eve - ibbi

Cercles de Lecture
            ibbi.fr
2005-2020    15 ans de partages
Aller au contenu
Cercle 1
Trois filles d'Eve- Elif Shafak

Le livre est centré sur le personnage de Nazperi Nalbantoğlu, appelée  affectueusement Peri par ses proches, que l’on suit tout au long du  roman à différentes périodes de sa vie entre 1980 et 2016. Lorsque  l’histoire débute, à Istanbul en 2016, Peri a une quarantaine d’années  et est une femme mariée et mère de trois enfants, dont une adolescente.  Dans la scène d’ouverture, à la suite d’un embouteillage, Peri se fait  voler son sac par un malfrat. Dans ce sac, il y a de nombreuses  babioles. Mais aussi un objet capital auquel est sentimentalement très  attachée cette femme: une photographie, représentant trois jeunes  filles, dont elle-même, dans l’enceinte de l’université d’Oxford (au  Royaume-Uni), entourées par un homme plus âgé que l’on devine être  sûrement leur professeur. Le soir même, Peri est attendue par son mari à  un dîner au sein de la grande bourgeoisie stambouliote. Alors que  défilent les plats les plus raffinés devant elle au milieu des gens les  plus influents de la ville, la jeune femme voit ses souvenirs affluer.  Des souvenirs où se croisent les personnages de son enfance (ses  parents, sans cesse à couteaux tirés quand il s’agit de religion, et ses  deux frères) et les fragments du début de sa vie d’adulte, alors  qu’elle était étudiante à Oxford…
  

0
critiques
Elle est la fille d’une diplomate turque. Élevée par sa mère après le divorce de ses parents, elle a passé son adolescence à Madrid puis à Amman, en Jordanie, avant de retourner en Turquie. Diplômée en relations internationales de la Middle East Technical University d'Ankara, elle est aussi titulaire d'un master en genre et études féminines dont le mémoire portait sur la circulaire Compréhension des derviches hétérodoxes de l'islam. En 1998, elle obtient pour son premier roman, "Pinhan", le Prix Mevlana récompensant les œuvres littéraires mystiques en Turquie. "The Saint Of Incipient Insanities" (2004) est le premier roman que Şafak écrit en anglais. Elle y raconte les vies d'immigrants musulmans à Boston et visite le sentiment d'exclusion que ceux-ci peuvent ressentir aux États-Unis. Lorsqu'elle y met la touche finale en 2002, Şafak est chargée de cours au Mount Holyoke College (dans le Massachusetts) auprès de la chaire de Women's Studies. Elle enseigne ensuite à l'université du Michigan dans la discipline “Gender and Women's Studies”. L'année suivante, elle devient professeur à temps plein au département des Études du Proche-Orient à l'université d'Arizona.
Après la naissance de sa fille en 2006, Şafak souffre de dépression post-partum pendant plus de 10 mois. Elle aborde cette période dans son premier roman autobiographique ("Lait noir") et y combine fiction et diverses formes de non-fiction. Internationalement reconnue, elle est l'auteur d'une douzaine de livres, dont "La Bâtarde d'Istanbul" et "Bonbon Palace" qui sont des best-sellers en Turquie. Elif Şafak écrit aussi des articles pour des journaux et magazines en Europe et aux États-Unis, des scripts pour séries télévisées et des paroles de chansons pour des musiciens rock. Mariée à Eyüp Can, journaliste turc, rédacteur en chef du quotidien Referans, et mère de deux enfants, elle vit à Istanbul.
Retourner au contenu