Mary Higgins Clark - Cercles de Lecture

Cercles de Lecture
ibbi.fr
Title
Aller au contenu

Mary Higgins Clark

CERCLE 1 19/20
Rien ne vaut la douceur du foyer - Mary Higgins Clark

Elle s'était jurée de ne jamais revenir à Mendham. De ne jamais revoir la maison où sa mère était morte, où elle l'avait tuée. Bien sûr, elle n'était qu'une enfant, bien sûr, c'était un accident, mais pour beaucoup, Liza Barton était une criminelle. Les années ont passé. Liza, devenue Celia, mère d'un petit garçon, connaît enfin le bonheur. Jusqu'au jour où Alex, son mari, à qui elle n'a jamais rien dit, lui fait une surprise en lui offrant une maison dans le New Jersey... Mendham, la maison de son enfance. En guise de bienvenue, ils trouvent cette inscription, en lettres rouge sang :  « Danger ! » Quelqu'un connaît la véritable identité de Celia et tente de lui faire endosser un nouveau crime.   Tandis qu'elle essaie désespérément de prouver son innocence, le vrai tueur, dans l'ombre,  guette ses proies...  Un suspense à la mécanique implacable dont Mary Higgins Clark a le secret. Attention, danger ! Vous allez frémir jusqu'au mot Fin !                
Aucun commentaire

Mary Higgins Clark



En 1977, elle se fait découvrir par la France avec La Nuit du renard auquel est décerné le Grand prix de littérature policière. Les Éditions Albin Michel inaugurent avec ce roman la collection Spécial Suspense qui compte aujourd'hui 22 de ses 26 romans. Le succès accompagne tous ses titres, même si avec Un cri dans la nuit (A Cry in the Night), Higgins Clark ne fait que « calquer son intrigue sur celle de l'excellent Rebecca de Daphne du Maurier. En outre, à partir de son cinquième roman, Le Démon du passé (Stillwatch), elle a recours à « de nombreux ingrédients destinés à faire palpiter les âmes sensibles : coups de téléphone mystérieux, maison en flammes, tueurs sadiques, fou mystique en liberté, tendre romance entre l'héroïne et son sauveur, et bien sûr une bonne dose de mystère. Pourtant la mayonnaise a un peu de mal à prendre, comme si les ficelles du métier ne pouvaient que gâcher la sincérité du récit. En fait, « l'atmosphère d'angoisse qu'elle excelle à créer devient sa marque de fabrique, mais peu à peu un côté artificiel, sentimental et mondain tend fâcheusement à se développer dans son œuvre »
Retourner au contenu